Immobilier: Immobilier. Une forte pression sur Rennes, où les prix sont toujours à la hausse

Immobilier : Comment réussir la vente de son logement ?

  Immobilier : Comment réussir la vente de son logement ? Si le contexte actuel n’augure rien de bon pour le pouvoir d’achat des candidats à la propriété, il n’est parfois pas possible de différer la mise en vente de son bien © IStock / City Presse Dans un contexte difficile, il faut adopter la bonne stratégie pour vendre son bien au mieux. ARGENT - Si le contexte actuel n’augure rien de bon pour le pouvoir d’achat des candidats à la propriété, il n’est parfois pas possible de différe À l’heure de songer à vendre un bien immobilier, il est évidemment recommandé de prendre la température du marché, aussi bien local que national.

L’hyper-centre de Rennes est très recherché. Les appartements anciens, surtout s’ils ont été rénovés, voient leur prix s’envoler. © archives Joël Le Gall/Ouest-France L’hyper-centre de Rennes est très recherché. Les appartements anciens, surtout s’ils ont été rénovés, voient leur prix s’envoler.

Dans les dernières tendances relevées par le Conseil régional des notaires, Rennes tire son épingle du jeu. La capitale bretonne reste attractive et la crise sanitaire n’a fait qu’accentuer ce phénomène, notamment auprès des acheteurs venus d’Ile-de-France.

Le marché immobilier en Bretagne reste très tendu. « La pression de la demande a des conséquences sur les prix qui s’envolent, notamment dans la métropole de Rennes », constate Damien Ruaud, le président de la Chambre régionale des notaires. Le phénomène s’est accentué avec la crise sanitaire. Les Franciliens représentent autour de 6 % des acquéreurs, avec un pouvoir d’achat nettement supérieur.

Immobilier : Neuilly-sur-Seine épargnée par la crise

  Immobilier : Neuilly-sur-Seine épargnée par la crise Si le Covid impacte le marché immobilier, surtout pour les primoaccédants, à Neuilly, le secteur progresse toujours, souligne « Le Parisien ».La commune de plus de 60 000 habitants a connu une augmentation des prix, que ce soit pour les appartements ou les maisons, de 2,3 % en un an. Sur cinq ans, la hausse atteint même 31 %. À Neuilly-sur-Seine, il est quasi impossible de s'offrir un appartement de 75 mètres carrés si on ne gagne pas au moins 11 200 euros net par mois, selon une étude de Vousfinancer relayée par Le Parisien.

Alors que les habitants d’Ille-et-Vilaine ont un budget moyen de 335 000 € pour acheter une maison à Rennes, les Franciliens peuvent signer un chèque de près de 600 000 € ! Attention, il ne faudrait pas en conclure qu’ils font monter les prix. « Si l’on regarde les chiffres de plus près, on s’aperçoit que ces acheteurs franciliens ne sont pas plus nombreux au fil des années. Leur nombre reste stable. »

« Ils se positionnent à distance »

Mais ils sont quand même là, prêts à quitter la capitale si une opportunité se présente. « Dès qu’un bien est en vente, ils peuvent se positionner sur des biens à distance et se décident très rapidement. » Le fait que Rennes soit facilement accessible depuis Paris par le train, grâce à la LGV, a poussé certains à s’installer à Rennes.

Rennes : Flambée de l'immobilier, construction en hauteur, préservation des terres… La métropole révise son plan de l’habitat

  Rennes : Flambée de l'immobilier, construction en hauteur, préservation des terres… La métropole révise son plan de l’habitat Les prix des logements ont nettement augmenté ces dernières années dans la capitale bretonne, poussant la municipalité à construire davantage © C. Allain / 20 Minutes La métropole rennaise veut conserver sa ceinture verte. LOGEMENT - Les prix des logements ont nettement augmenté ces dernières années dans la capitale bretonne, poussant la munic Les habitués l’appellent le « PLH ». Pilier de la politique métropolitaine, le plan local de l’habitat est en pleine révision dans les bureaux de la métropole rennaise. Un sujet compliqué et qui porte souvent à contestation.

« Le nec plus ultra, c’est d’acheter une maison en Bretagne et de garder un appartement à Paris, où on peut aller travailler du mardi au jeudi, décrit Damien Ruaud. Le reste du temps, on profite d’une meilleure qualité de vie. » D’où la pression foncière importante à Rennes. La capitale bretonne a même dépassé Nantes, car elle construit davantage de nouveaux logements.

Des prix en hausse de 15 %

Les prix s’en ressentent. Concernant les appartements anciens, ils ont augmenté de 14,7 % sur un an, avec un prix médian de 3 270 € le mètre carré. Pour du neuf, comptez 4 800 € le mètre carré (en hausse de 7,1 %). Si vous optez plutôt pour une maison, il faudra débourser en moyenne 420 000 € (en hausse de 10,5 %).

Mais ces prix ne reflètent qu’une moyenne. « Il y a une grande disparité selon les quartiers, nuance Vincent Lemée, notaire à Rennes. Dans certains endroits très recherchés, comme l’hyper-centre, les prix peuvent grimper jusqu’à 6 500 € le mètre carré. »

Pas de raison que la tendance change après la crise sanitaire. Selon les notaires, les prix à la hausse vont s’inscrire dans la durée car il y a peu d’offres par rapport à la demande. « On a l’impression que ça construit partout à Rennes. Mais ça ne construit pas suffisamment, il y a d’énormes besoins. »

Rennes. L’usine PSA-Stellantis reprend la production, après neuf jours d’arrêt .
C’est une respiration qui va durer deux jours. À l’arrêt depuis le 19 avril 2021 en raison d’une pénurie de pièce, les lignes de production de PSA-Stellantis, à Chartres-de-Bretagne, près de Rennes, ont pu reprendre la production. Les salariés travailleront également jeudi 29 avril, mais l’entreprise n’a pas plus de visibilités quant à la reprise de l’activité. « L’activité a repris », indique la communication de l’usine PSA-Stellantis, près de Rennes, à Chartres-de-Bretagne.

Voir aussi