Monde: Problème dans un réacteur nucléaire EPR chinois, les rejets dans l'air normaux selon EDF

Eolien ou nucléaire ? Six scénarios pour une électricité zéro carbone en 2050

  Eolien ou nucléaire ? Six scénarios pour une électricité zéro carbone en 2050 Le gestionnaire du réseau électrique RTE a planché sur le mix entièrement décarboné du futur. Le scénario le plus vraisemblable associe grandes fermes solaires et éoliennes à de nouveaux EPR.Comment la France pourra-t-elle parvenir à produire une électricité 100% décarbonée d’ici le mitan du siècle pour tenir l’objectif fixé lors de la Cop 21 à Paris et contribuer à enrayer le changement climatique, alors même que la demande en watts propres devrait bondir comme jamais pour répondre, entre autres, au boom de la voiture électrique ? Dans un rapport d’étape baptisé «Futurs énergétiques 2050» rendu public ce mardi, le gestionnaire du réseau électrique RTE esquisse six scénarios, allant

EPR de Taishan © CHINE NOUVELLE/SIPA EPR de Taishan

La centrale nucléaire EPR de Taishan, construite avec le groupe français EDF dans le sud de la Chine, est sous surveillance pour un problème d'étanchéité au coeur d'un réacteur, mais les rejets de gaz dans l'air ainsi générés sont dans les limites autorisées, assurent EDF et l'opérateur chinois.

La centrale nucléaire EPR de Taishan, construite avec le groupe français EDF dans le sud de la Chine, est sous surveillance pour un problème d'étanchéité au coeur d'un réacteur, mais les rejets de gaz dans l'air ainsi générés sont dans les limites autorisées, assurent EDF et l'opérateur chinois.

Chine : un réacteur nucléaire EPR sous surveillance

  Chine : un réacteur nucléaire EPR sous surveillance Les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Taishan sont à ce jour les seuls EPR à être entrés en service dans le monde, en 2018 et 2019.Contactée par l'Agence France-Presse, Framatome a annoncé surveiller « l'évolution d'un des paramètres de fonctionnement ». La centrale « est dans son domaine de fonctionnement et de sûreté autorisé », précise dans une déclaration à l'AFP Framatome qui a participé à la construction de la centrale. Les deux réacteurs de Taishan sont pour l'instant les seuls EPR à être entrés en service dans le monde.

"EDF a été informée de l'augmentation de la concentration de certains gaz rares dans le circuit primaire du réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Taishan détenue et exploitée par TNPJVC, joint-venture de CGN (70%) et EDF (30%)", a annoncé le groupe français lundi dans un communiqué, après que CNN a rapporté un possible problème de fuite.

Le circuit primaire est un circuit fermé contenant de l'eau sous pression, qui s'échauffe dans la cuve du réacteur au contact des éléments combustibles, qui se trouvent empilés dans des "crayons" entourés de gaines métalliques.

La fission nucléaire produit des gaz rares, en l'occurrence du xenon et du krypton, qui ont fuité dans ce circuit à travers les gaines -- un phénomène minimisé par EDF et des experts. EDF a exclu toute dynamique de fonte du coeur, comme dans d'anciennes catastrophes nucléaires.

EDF : deux autres centrales nucléaires au Royaume-Uni risquent de fermer plus tôt que prévu, problèmes de sûreté

  EDF : deux autres centrales nucléaires au Royaume-Uni risquent de fermer plus tôt que prévu, problèmes de sûreté Les centrales nucléaires de Torness en Ecosse et de Heysham 2 dans le nord-ouest de l'Angleterre doivent normalement fermer en 2030, mais des problèmes de sureté pourraient les obliger à cesser leur activité avant cela. Vents contraires pour EDF. Le groupe énergétique français admet qu'il y a un "risque" que deux autres centrales nucléaires au Royaume-Uni ferment plus tôt que prévu à cause de problèmes de sûreté, ce qui compliquerait plus encore les efforts du pays pour parvenir à la neutralité carbone en 2050.

"La présence de certains gaz rares dans le circuit primaire est un phénomène connu, étudié et prévu par les procédures d'exploitation des réacteurs", a dit EDF.

Lire aussiNucléaire: priorité doit être donnée à la culture de sûreté, que l’on soit exploitant d’installations ou au gouvernement

"Rejets maîtrisés"

La procédure prévoit que ces gaz soient collectés et traités afin d'en retirer la radioactivité, avant d'être rejetés dans l'air. Ils l'ont été "dans le respect des limites réglementaires définies par l'autorité de sûreté chinoise", a ensuite précisé EDF, en disant que ces limites étaient dans la moyenne internationale.

"Nous ne sommes pas sur des contaminations, nous sommes sur des rejets contrôlés, maîtrisés", a souligné le groupe lors d'une conférence de presse.

"Il doit y avoir des gaines métalliques inétanches, laissant passer des gaz rares qui contaminent le fluide primaire", avait expliqué à l'AFP Karine Herviou, directrice générale adjointe de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) français.

Alerte dans une centrale nucléaire EPR en Chine : ce que l’on sait sur une possible fuite radioactive

  Alerte dans une centrale nucléaire EPR en Chine : ce que l’on sait sur une possible fuite radioactive Alerte dans une centrale nucléaire EPR en Chine : ce que l’on sait sur une possible fuite radioactiveQue se passe-t-il dans la centrale ?


Vidéo: Chine : un réacteur nucléaire EPR sous surveillance après une augmentation de "gaz rares" (Euronews)

Elle ajoute qu'à ce stade rien ne permet de parler d'accident: "On ne connaît pas les valeurs, la concentration, on ne sait pas quelle est l'ampleur du phénomène. Mais il n'y a pas plus d'inquiétude à avoir pour l'instant, compte tenu de ce qu'on sait."

Les crayons "fuitards" sont "un phénomène assez normal et banal, bien qu'indésirable, en tout cas pas rare dans l'industrie nucléaire", a dit à l'AFP David Fishman, du cabinet de conseil en énergie The Lantau Group en Chine.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), basée à Vienne, avait de son côté déclaré qu'"à ce stade" elle n'avait "aucune indication qu'un incident radiologique se soit produit".

"Menace radiologique"

Les deux réacteurs de Taishan, non loin de Macao et de Hong-Kong, sont à ce jour les seuls EPR a être entrés en service dans le monde, en 2018 et 2019. D'autres exemplaires de ces réacteurs de troisième génération sont en construction en Finlande, en France et au Royaume-Uni, mais de multiples déboires techniques ont retardé de plusieurs années leurs mises en service.

La fuite de l’EPR chinois fait le tour du monde

  La fuite de l’EPR chinois fait le tour du monde EDF confirme un problème d’étanchéité, sous contrôle, sur le réacteur nucléaire de Taishan, en Chine. L’information est étrangement venue des États-Unis. Des fuites de gaz ont été repérées au cœur du réacteur n° 1 de Taishan en Chine. Elles proviennent d’une dégradation des gaines qui entourent les crayons de combustible, selon les explications techniques données à la presse lundi 14 juin, par des experts EDF, l’actionnaire minoritaire de la centrale nucléaire.Il ne s’agit pas d’un accident, ce que confirme l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), mais plutôt d’un défaut.

Lire aussiPourquoi l’EPR de Flamanville accumule les galères depuis quinze ans

Framatome, la filiale d'EDF qui a participé à la construction des réacteurs de Taishan, avait lundi matin indiqué surveiller "l'évolution d'un des paramètres de fonctionnement" du réacteur, mais sans donner de détail ni parler de fuite.

CNN, sur la base d'une lettre envoyée par Framatome au département de l'Energie américain le 8 juin, a fait état d'une possible "fuite" dans cette centrale. Framatome se serait adressé aux Etats-Unis pour demander une autorisation d'assistance technique pour résoudre "une menace radiologique imminente". On ignore pourquoi l'aval américain est nécessaire pour intervenir.

Toujours selon la chaîne américaine, les autorités de sûreté chinoises auraient également relevé les limites acceptables de radiation à l'extérieur du site pour éviter d'avoir à mettre la centrale à l'arrêt.

De son côté, l'exploitant de la centrale, China General Nuclear Power Group (CGN), a fait état dans un communiqué d'indicateurs environnementaux "normaux", sans toutefois faire directement référence aux informations de CNN.

Le ministère chinois des Affaires étrangères n'a pas non plus répondu aux sollicitations, tout comme le Commissariat à l'Energie atomique en France.

EDF a néanmoins demandé la tenue d'un conseil d'administration extraordinaire avec la coentreprise TPNJVC. La Chine compte une cinquantaine de réacteurs en fonctionnement, ce qui la classe au troisième rang mondial derrière les Etats-Unis et la France.

Lire aussiEDF veut construire la plus grande centrale nucléaire au monde, en Inde

(Avec AFP)

Centrale nucléaire de Taishan : la Chine admet un incident mineur et dément toute «fuite radioactive dans l’environnement» .
Centrale nucléaire de Taishan : la Chine admet un incident mineur et dément toute «fuite radioactive dans l’environnement»Jusqu’à présent, Pékin avait relativisé les risques et expliqué que les niveaux de radioactivité autour de la centrale étaient normaux. Cette fois-ci, le ministère chinois de l’Environnement et l’Autorité de sûreté du nucléaire ont donné les premières explications techniques. Cinq barres de combustibles endommagées ont provoqué une accumulation de gaz radioactifs dans la centrale nucléaire de Taishan.

Voir aussi